Corrélats : religion secte croyance credo foi miracle dieu enfer confession mythe destin mysticisme athéisme

ATHÉISME


  • À propos de l'abbé Meslier :
    « C'est un homme si profondément ulcéré des crimes dont il a été témoin qu'il en rend la religion chrétienne responsable, en oubliant qu'elle les condamne. Point de miracle qui ne soit pour lui un objet de mépris et d'horreur ; point de prophétie qu'il ne compare à celles de Nostradamus. Il va même jusqu'à comparer Jésus-Christ à don Quichotte, et saint Pierre à Sancho-Pansa : et ce qui est le plus déplorable, c'est qu'il écrivait ces blasphèmes contre Jésus-Christ entre les bras de la mort, dans un temps où les plus dissimulés n'osent mentir, et où les plus intrépides tremblent.
    [...]
    On a imprimé plusieurs abrégés de son livre ; mais heureusement ceux qui ont en main l'autorité les ont supprimés autant qu'ils l'ont pu. » *
    <p.585-586>

    * Publicité hypocrite pour contourner la censure : Voltaire est l'auteur d'un Extrait des sentiments de Jean Meslier.
  • Denis DIDEROT / Correspondance / OEuvres t.V / Robert Laffont - Bouquins 1997

    « Je crois en Dieu, quoique je vive très bien avec les athées. Je me suis aperçu que les charmes de l'ordre les captivaient malgré qu'ils en eussent ; qu'ils étaient enthousiastes du beau et du bon, et qu'ils ne pouvaient, quand ils avaient du goût, ni supporter un mauvais livre, ni entendre patiemment un mauvais concert, ni souffrir dans leur cabinet un mauvais tableau, ni faire une mauvaise action. »
    <Lettre à Voltaire du 11 juin 1749 - p.15>


  • MONTESQUIEU / Mes pensées / OEuvres complètes I / Bibliothèque de la Pléiade / nrf Gallimard 1949

    « Je ne sais comment il arrive qu'il est impossible de former un système du Monde sans être d'abord accusé d'athéisme : Descartes, Newton, Gassendi, Malebranche. En quoi on ne fait autre chose que prouver l'athéisme et lui donner des forces, en faisant croire que l'athéisme est si naturel que tous les systèmes, quelque différents qu'ils soient, y tendent toujours. »
    <2072 p.1541>

  • George Christophe LICHTENBERG / Aphorismes / Collection Corps 16 - Éditions Findakly 1996

    « Lorsqu'ils rencontrent un homme qui pense librement, les croyants font le même vacarme que les poules découvrant, parmi leurs poussins, un caneton qui va vers l'eau. Ils ne songent pas que des gens vivent aussi sûrement dans cet élément qu'eux-mêmes sur la terre ferme. »
    <p.54>


  • Lorédan LARCHEY / L'Esprit de tout le monde - Joueurs de mots (1891) / Berger-Levrault 1892

    « BAUTRU
    Cet académicien, conseiller d'État, grand goguenard et grand débauché, mort en 1665, fit encore plusieurs mots célèbres qu'on a mis sur le compte de bien d'autres, à commencer par celui-ci.
    Comme il passait un enterrement, il ôta son chapeau devant le crucifix. Son irréligion était si notoire qu'un voisin le railla, disant :
    - Ah ! voilà qui est de bon exemple.
    - Nous nous saluons, répondit Bautru, mais nous ne nous parlons pas.
    Je donne ici la version de Tallemant des Réaux. Il en est d'autres avec variante. On a même fait honneur du mot à Voltaire. »
    <p.174>
  • André GIDE / Journal 1939-1949 Souvenirs / Bibliothèque de la Pléiade / nrf Gallimard 1954

    « Se passer de Dieu... Je veux dire : se passer de l'idée de Dieu, de la croyance en une Providence attentive, tutélaire et rémunératrice... n'y parvient pas qui veut. »
    <1947 p.312>
  • François CAVANNA / Lettre ouverte aux culs-bénits / Albin Michel 1994

    « Ce qu'on a appelé "liberté de conscience", au long de l'Histoire, c'est la liberté, pour les insatisfaits du culte officiel massivement majoritaire dans un certain pays, de pratiquer une religion différente, généralement simple version légèrement déviante du culte officiel, à proprement parler : une hérésie.

  • Il n'a jamais été question de liberté de conscience pour les non-croyants. Quand le protestantisme version Calvin se fut imposé à Genève comme religion dominante, le simple soupçon d'athéisme vous conduisait au bûcher plus sûrement que la persistance dans la religion catholique, devenue à son tour "hérésie".

  • Aujourd'hui encore, surtout hors de France, ne pas croire en une version quelconque de Dieu est proprement impensable. L'athée est regardé avec une certaine répugnance, comme une espèce de monstruosité, d'ébauche humaine inachevée à qui il manque une faculté essentielle. »

  • Emil CIORAN / Carnets 1957-1972 / nrf Gallimard 1997

    « Pendant des siècles des esprits se sont battus et ont risqué leur vie pour se libérer de Dieu. Et nous, au milieu du XXe, nous regrettons les chaînes qu'Il représentait et ne savons que faire d'une liberté pour laquelle nous n'avons fait aucun sacrifice, que nous n'avons pas conquise. Nous sommes les héritiers ingrats de l'athéisme héroïque, les épigones de la révolte, une masse de rebelles qui déplorent secrètement la disparition des "superstitions", des "préjugés" et des anciennes "terreurs". »
    <4 octobre 1966 p.415>

  • Michel ONFRAY / Traité d'athéologie / Grasset & Fasquelle 2005

    « Mon athéisme s'active quand la croyance privée devient une affaire publique et qu'au nom d'une pathologie mentale personnelle on organise aussi pour autrui le monde en conséquence. Car de l'angoisse existentielle personnelle à la gestion du corps et de l'âme d'autrui, il existe un monde dans lequel s'activent, embusqués, les profiteurs de cette misère spirituelle et mentale. Détourner la pulsion de mort qui les travaille sur la totalité du monde ne sauve pas le tourmenté et ne change rien à sa misère, mais contamine l'univers. En voulant éviter la négativité, il l'étend autour de lui, puis génère une épidémie mentale. »
    <p.29>