DIEU

  • VOLTAIRE / Dictionnaire philosophique / Garnier 1967.

    Argument d'intention : Toute machine a un constructeur :
    « Quand nous voyons une belle machine, nous disons qu'il y a un bon machiniste, et que, ce machiniste a un excellent entendement. Le monde est assurément une machine admirable : donc il y a dans le monde une admirable intelligence, quelque part où elle soit. Cet argument est vieux et n'en est pas plus mauvais. »
    <p.460>

    Sur les idolâtres :
    « L'erreur n'était pas d'adorer un morceau de bois ou de marbre, mais d'adorer une fausse divinité représentée par ce bois et ce marbre. La différence entre eux et nous n'est pas qu'ils eussent des images et que nous n'en ayons point : la différence est que leurs images figuraient des êtres fantastiques dans une religion fausse, et que la nôtre figurent des êtres réels dans une religion véritable. »
    <p.238>


  • VOLTAIRE / OEuvres de Voltaire (tome 13) / Paris, Firmin-Didot 1833 [BnF]

    «   Si Dieu n'existait pas, il faudrait l'inventer. »
    <Épitre CXI, À l'auteur du livre des trois imposteurs, p.265>



  • Charles BAUDELAIRE / Fusées / OEuvres complètes I / Bibliothèque de la Pléiade / nrf Gallimard 1975

    « Dieu est le seul être qui, pour régner, n'ait même pas besoin d'exister. »
    <p.649>


  • « Entendant dire que Dieu avait fait l'homme à son image, Fontenelle murmura :
    - L'homme le lui a bien rendu. »
    <p.39>



  • Alphonse ALLAIS / OEuvres posthumes / Robert Laffont - Bouquins 1990

    « Quand le bon Dieu, sortant enfin de son antique routine, se résolut à mettre un peu d'ordre dans le chaos, il s'occupa d'abord de séparer la Lumière des Ténèbres.
    Les mémoires de l'époque sont assez chiches de détails sur la façon dont s'opéra cette division.
    Les ecclésiastiques prétendent que le Créateur n'eut qu'à prononcer les mots Fiat lux et que la lumière fut ; mais pour tout homme un peu versé dans la pratique des sciences physiques, il est clair que les choses ne s'accomplirent pas aussi facilement.
    Quoi qu'il en soit, l'opération laissa fort à désirer.
    La science actuelle, qui a déjà construit des appareils photographiques infiniment plus parfaits que l'oeil humain, est en train de reconnaître le peu de conscience ou tout au moins l'étrange ignorance dont Dieu fit preuve en cette occasion.
    Dieu, à qui nous reconnaissons, d'ailleurs, une foule d'autres mérites, a agi, dans tout cela, comme un enfant. »
    <Le Journal, 28 février 1896 p.301>



  • Paul-Jean TOULET / Monsieur du Paur homme public / OEuvres complètes / Robert Laffont - Bouquins 1986

    « On raconte que Dieu a créé l'homme à son image. Il nous a donné là une faible idée de ses charmes. Toutes fois que je rencontre N... qui est bas de ventre, court-jambé, avec une tête piriforme et des aubergines pour mains, j'ai envie de lui dire : Est-ce que vous n'avez pas honte de représenter la divinité de cette façon-là ? »
    < §a p.262>

  • +++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
  • André GIDE / Journal 1939-1949 Souvenirs / Bibliothèque de la Pléiade / nrf Gallimard 1954

    « Il est bon de laisser croire à l'enfant que Dieu le voit, car il doit agir comme sous le regard de Dieu et faire de cela sa conscience. »
    <10 avril 1942 p.114>


  • Paul VALÉRY / Mélange (1939) / OEuvres I / Bibliothèque de la Pléiade / nrf Gallimard 1957

    « L'homme vaut-il la peine de déranger un Dieu pour le "créer" ? »
    <p.314>


  • Paul VALÉRY / Mauvaises pensées et autres / OEuvres II / Bibliothèque de la Pléiade / nrf Gallimard 1960

    « EX NIHILO : Dieu a tout fait de rien. Mais le rien perce. »
    <p.907>


  • Paul LÉAUTAUD / Journal littéraire / Mercure de France 1986

    « Je me disais en descendant qu'il n'est décidément pas drôle d'être né à cette époque, bien que toutes aient dû se valoir et avoir leurs événements embêtants. Etre né Adam, par exemple, Adam avec Eve. Il est vrai qu'ils devaient être assommés par le Seigneur, avec ses observations à chaque instant : "Vous abîmez le jardin. Marchez dans les allées. Faites attention aux fleurs, etc., etc." Pas moyen d'être tranquilles. »
    <6 août 1936 II p.1677>


  • Woody ALLEN / Pour en finir une bonne fois pour toutes avec la culture. Opus 2. / Solar 1973

    « Non seulement Dieu n'existe pas, mais essayez d'avoir un plombier pendant le week-end ! »
    <p.43>


  • André GIDE / Journal 1889-1939 / Bibliothèque de la Pléiade / nrf Gallimard 1951

    « Je ne puis me satisfaire du nihilisme absolu de Roger Martin du Gard. Je ne m'en écarte pas, ne le repousse pas, mais prétends passer outre, le traverser. C'est par-delà, que je veux reconstruire. Il me parait monstrueux que l'homme ait besoin de l'idée de Dieu pour se sentir d'aplomb sur terre ; qu'il soit forcé de consentir à des absurdités pour édifier quoi que ce soit de solide ; qu'il se reconnaisse incapable d'exiger de lui-même ce qu'obtenaient artificiellement de lui des convictions religieuses, de sorte qu'il laisse aller tout à néant sitôt qu'on dépeuple son ciel. »
    <20 octobre 1927 p.854>


  • Raymond QUENEAU / Journaux (1914-1965) / nrf Gallimard 1996

    « L'infini n'existe pas. L'univers est fini quoique illimité. Il n'y a pas de place pour Dieu. »
    <18 mai 1920 p.65>


  • François JACOB / Le jeu des possibles / Fayard 1981

    Contre l'argument d'intention :
    « Tout au long de l'Origine des espèces, Darwin insiste sur les imperfections de structure et de fonction du monde vivant. Il ne cesse de souligner les bizarreries, les solutions étranges qu'un Dieu raisonnable n'aurait jamais utilisées. Et l'un des meilleurs arguments contre la perfection vient de l'extinction des espèces. On peut estimer à plusieurs millions le nombre des espèces animales vivant actuellement. Mais le nombre des espèces qui ont disparu après avoir peuplé la terre à une époque ou une autre doit, d'après un calcul de G.G. Simpson, s'élever à quelques cinq cents millions au moins. »
    <p.70>


  • Philippe BOUVARD / Maximes au minimum / Robert Laffont 1984

    « Si Dieu nous avait vraiment fait à son image, il y aurait moins de chirurgiens esthétiques. »
    <p.37>


  • Roland TOPOR / Pense-bêtes / Le cherche midi éditeur 1992

    « Dieu voit tout, entend tout, confond tout. »
    <p.65>


  • François CAVANNA / Lettre ouverte aux culs-bénits / Albin Michel 1994

    « Que Dieu existe ou non n'a aucune importance. Il ne s'ensuit aucune influence sur notre conduite.
    Dieu, par définition, est inconnaissable. Sa nature et, à plus forte raison, ses desseins, ne nous sont pas accessibles. Si vraiment il existe et nous a voulus tels que nous sommes, c'est-à-dire incapables de le concevoir tout en étant torturés par la question de son existence et par celle de nos fins dernières, laissons-lui le soin de gérer tout cela. Il l'a créé ? Qu'il s'en démerde ! »
    <p.14>

    « Si vraiment ce monde où nous sommes a été créé, créé par quelqu'un qu'il est convenu d'appeler Dieu, alors tout se passe comme si ce personnage doué du pouvoir de créer (par définition) était un arriéré mental incohérent et brouillon, un impulsif à tendances sadiques, un caractériel infantile... En somme, un enfant dieu débile et dangereux qu'on aurait isolé dans un coin lointain d'univers pour qu'il fiche la paix au monde en faisant joujou sur son tas de sable à arracher les pattes des mouches. Les mouches, c'est nous. »
    <p.135>


  • José ARTUR / Les Pensées / Le cherche midi éditeur 1993

    « Dieu ne recevra jamais le prix Nobel de la paix. »
    <p.23>

    «  "Mon Dieu, soyez humain" est l'invocation la plus bête du monde. »
    <p.39>


  • COLUCHE / Pensées et anecdotes / Le cherche midi éditeur 1995

    « Dieu a créé l'homme à son image, et la gonzesse à l'idée qu'il s'en faisait, ça peut paraître dégueulasse, mais ça partait d'un bon sentiment. »
    <p.154>


  • Emil CIORAN / Des larmes et des saints (1937) / OEuvres / Quarto Gallimard 1995

    « Il m'arrive d'éprouver une sorte de stupeur à l'idée qu'il ait pu exister des "fous de Dieu", qui lui ont tout sacrifié, à commencer par leur raison. Souvent il me semble entrevoir comment on peut se détruire pour lui dans un élan morbide, dans une désagrégation de l'âme et du corps. D'où l'aspiration immatérielle à la mort. Il y a quelque chose de pourri dans l'idée de Dieu ! »
    <p.311>


  • Emil CIORAN / De l'inconvénient d'être né (1973) / OEuvres / Quarto Gallimard 1995

    « Il tombe sous le sens que Dieu était une solution, et qu'on n'en trouvera jamais une aussi satisfaisante. »
    <p.1340>


  • Gustave LE BON / Aphorismes du temps présent (1913) / Paris, Les amis de G. Le Bon 1978 [BnF]

    « Il ne faut pas croire à la multiplicité des dieux. Sous des noms divers, les hommes de tous les âges n'ont guère adoré qu'une divinité : l'Espérance. »
    <p.207>


  • Philippe BOUVARD / Journal 1992-1996 / Le cherche midi éditeur 1997

    « Qu'adviendra-t-il de l'humanité si, dans un siècle ou dans un millénaire, l'homme s'avisait avec certitude que Dieu n'existe pas ? Les religions - et les guerres qu'elles ont suscitées - deviendraient sans objet, la moitié de la littérature n'aurait plus aucun sens, des centaines de partitions seraient privées de leur substance, des milliers de tableaux deviendraient ridicules, les trois quarts de la morale s'écrouleraient tandis que des dizaines de milliers de professionnels de la génuflexion se retrouveraient à la rue. On conserverait la foi pour moins que cela. »
    <p.88>

    « Si Dieu n'existe pas, je plains ceux qui, pour conquérir là-haut un paradis hypothétique, ont transformé ici-bas leur vie en un enfer de contraintes et de renoncements. »
    <p.116>

    « Si l'homme est vraiment ce que le créateur a fait de mieux, ça ne vaut pas la peine de s'agenouiller devant lui. »
    <p.122>


  • Pierre PERRET / Les pensées / Le cherche midi éditeur 1997

    « Trouvez-moi un seul curé pressé d'aller au paradis ! »
    <p.147>


  • François NOURISSIER / À défaut de génie / nrf Gallimard 2000

    « La rhétorique de la foi, la majuscule mise à Dieu et même à Ses pronoms personnels, la déférence qui entoure, où qu'on regarde, les zélateurs du sentiment religieux, tout ce battage métaphysique me paraît appartenir, mystérieusement, au même ordre que la convention qui confère leur valeur vénale à l'or, au diamant, au saphir, à l'émeraude. Cailloux ! Simples conventions, mises au point en leur temps par des négociants, par commodité, et qu'on s'étonne de voir encore respectées. »
    <p.102>


  • Robert JOLY / Dieu vous interpelle ? Moi, il m'évite... / Editions EPO 2000

    « "Expliquer" l'univers par un Créateur n'est en aucune façon une explication. Nous connaissons l'univers, au moins en partie, et déjà pas mal, et de plus en plus. Un Dieu créateur est lui, totalement inconnu et inexplicable. On n'explique pas le peu (admettons) connu par l'inconnaissable. Cela ne revient qu'à multiplier l'obscurité, obscurum per obscurius. »
    <p.30>


  • Jean YANNE / Je suis un être exquis / Le cherche midi éditeur 2001

    « - Vous avez lu l'Ancien Testament ?
    - Non. Qui a hérité ? »
    <p.47>


  • Jean L'ANSELME / Pensées et Proverbes de Maxime Dicton / Rougerie 1991

    « Il en est de Dieu comme du Père Noël, on a tout à gagner à y croire en oubliant d'être adulte le plus longtemps possible. »
    <p.82>