1. Dans la leçon (R1) précédente, nous avons posé les bases de l'étude de l'apologie chrétienne. La foi chrétienne est donc...
    1. UNE FOI OBJECTIVE
      1. avec Jésus de Nazareth comme l'objet de cette foi.
      2. Foi dans le fait qu'il est le Fils de Dieu, mort pour nos péchés et ressuscité des morts.
    2. UNE FOI HISTORIQUE
      1. basée sur des personnes réelles, des lieux et événements réels.
      2. une vie qui a véritablement eu lieu dans l'histoire.
    3. UNE FOI INTELLIGENTE, RATIONNELLE
      1. qui invite les gens à utiliser leur raison
      2. pour examiner les preuves historiques, qui soutiennent d'une façon logique le fait d'avoir foi en Jésus de Nazareth, le Fils de Dieu.
  1. Avec ces éléments en tête, nous commençons par considérer des preuves ...  (R1)
    1. qui établissent Jésus comme étant un personnage historique.
    2. quelqu'un qui a réellement vécu en Palestine durant le Premier Siècle après J.C.
I. S'est-on jamais posée la question ?
  1. Il y avait des sceptiques qui croyaient que Jésus était seulement un "mythe" ...
    1. Ce concept a été populaire chez certains érudits des années 1800.
    2. Il est rarement soutenu aujourd'hui, à part chez ceux ...
      1. qui sont ignorants des faits
      2. qui décident de masquer les preuves (ce qui a par exemple été fait dans les pays du bloc communiste).  (R2)
  2. Aujourd'hui, il n'y a pas d'historiens sérieux (même parmi ceux qui sont athées) qui contestent le fait que Jésus a existé ... (R2) (R3)
    1. H.G. WELLS
      1. Athée, il a parlé de Jésus dans son livre "Outline of History" (Les Grands Traits de l'Histoire)
      2. "... on est obligé de dire 'Cet homme a existé. Cette partie du récit n'a pas pu être inventée.' "
    2. WILL DURANT
      1. Ex-professeur de Philosophie à l'Université de Colombia.
      2. Il a consacré deux chapitres de "l'Histoire de notre Civilisation" à dépeindre Jésus comme étant un personnage historique, tout comme les Césars.
    3. L'ENCYCLOPEDIA BRITANNICA
      1. utilise plus de 20 000 mots pour décrire Jésus.
      2. plus que pour Aristote, Cicéron, Alexandre, Jules César, Bouddha, Confucius, Mahomet ou Napoléon.

II. Les preuves pour un "Jésus historique"

  1. Parmi les sources "païennes"
    1. THALLUS (historien Samaritain, 52 après J.C.) (référence : Bruce, F.F. The New Testament Documents: Are They Reliable ? Fifth Revised Edition, Downers Grove, IL 60515: Inter-Varsity Press 1972, p. 113-114)
      1. a tenté de donner une explication rationnelle à l'obscurité lors de la crucifixion de Jésus.
      2. Remarquez que :
        1. Il n'a pas nié l'existence de Jésus, (R4)
        2. mais il a juste essayé d'expliquer les circonstances étranges entourant sa mort.
    2. Lettre de SARA-SERAPION (écrite pour son fils, 73 après J.C.)
      1. Il parle de la mort de Socrate, de Pythagore et de Jésus.
      2. "Quel avantage ont tiré les Juifs de l'exécution de leur roi sage? ... Ce roi sage n'est même pas mort pour un quelconque profit ; Il a vécu de l'enseignement qu'il avait donné."
    3. CORNELLIUS TACITUS (historien romain, 112 après J.C.)
      1. a parlé de Jésus dans ses annales. (R5)
      2. " Christ, le fondateur du nom, fut tué par Ponce Pilate, procureur de Judée sous le règne de Tibère."
    4. PLINE LE JEUNE
      1. Gouverneur de Béthanie en Asie Mineure, 112 après J.C.
      2. a écrit à l'Empereur Trajan à propos des Chrétiens et de leur dévotion envers Christ.
    5. SUETONE (appartenant à la cour officielle et annaliste sous Adrien, 120 après J.C.)
      1. "Pendant que les Juifs causaient des troubles à l'instigation de Chrestus, il les expulsa de Rome."
      2. Luc fait référence à la même expulsion dans Actes 18.1-2.
  2. Parmi les sources 'Juives"
    1. LE TALMUD
      1. Constitué de deux livres traitant de la loi Juive, écrit entre 100 et 500 après J.C.
      2. Parle fréquemment de Jésus de Nazareth ...
        1. en termes peu amicaux, bien sûr,
        2. mais sans jamais discuter son statut de personnage historique.
    2. FLAVIUS JOSEPHE
      1. un Général Juif qui devint un historien romain, né en 37 après J.C.
      2. a fait plusieurs références à Jésus dans son "Histoire des Juifs".
      3. par exemple "... le frère de Jésus, le soi-disant Christ, qui s'appelait Jacques."
 
III. Les implications de ces preuves
  1. Qu'est-ce que cela fait :
    1. Cela fournit une base solide sur laquelle une personne intelligente peut s'appuyer pour croire en Jésus, un personnage qui a véritablement existé dans l'histoire.
    2. Cela met en évidence le peu de profondeur de raisonnement de celui qui essaierait de considérer Jésus comme un "mythe".
    3. Cela exige, de la part de chacun, de donner une réponse à la question posée par Jésus lui-même : "Mais vous, qui dites-vous que je suis ? " Matthieu 16.15.
  2. Qu'est-ce que cela ne fait pas :
    1. Les preuves que nous avons vues jusqu'à présent ne prouvent pas que Jésus est le Fils de Dieu.
    2. En fait, cela ne dit rien à propos de Jésus excepté :
      1. qu'Il a vécu et qu'Il est mort au premier siècle après J.C.
      2. qu'Il a dû faire quelque chose d'important pour acquérir de la notoriété aux yeux des historiens.
  3. Pour en savoir plus à propos de Jésus, nous devons regarder ailleurs ...
    1. Il y a beaucoup d'histoires fantaisistes écrites à propos de Jésus.
    2. Mais les Chrétiens considèrent que les 27 livres connus sous le nom de Nouveau Testament sont l'unique source fiable d'informations à propos de Jésus.
    3. Mais le sont-ils ?
      1. Le Nouveau Testament est-il un document historique fiable ?
      2. Peut-on même être sûr que ce que nous avons est véritablement ce qu'ont écrits les auteurs originaux du Nouveau Testament ?
Conclusion
  1. La prochaine étude tentera de donner un début de réponse à cette question.
  2. Pour l'instant, nous avons simplement posé une pierre au fondement sur lequel nous pouvons appuyer notre foi...
    1. Nous avons vu qu'il est plus logique de croire que Jésus a réellement existé.
    2. Et qu'affirmer qu'Il est un mythe est sans fondement.
  3. Et puisqu'Il a véritablement existé, il nous faut trouver une réponse à la question : "Qui dites-vous que je suis ?"
  4. Votre réponse sera-t-elle "Seigneur !" ou "un mensonge arrangé avec soin !"
    1. Comme nous le verrons, nous n'avons que ces deux choix.
    2. La preuve que nous allons examiner dans la prochaine étude devrait nous aider à trouver la bonne réponse !
  1. Dans 1 Pierre 3.15, tous les chrétiens sont appelés à être prêts à préparer une "défense" des raisons de leur espérance en Christ...
    1. Le mot "défense" vient du mot grec " apologia ", et signifie "un discours de défense sur ce que quelqu'un a fait, ou de vérité à laquelle quelqu'un croit."
    2. L'utilisation formelle de ce mot est employée dans Actes 22.1, 1 Corinthiens 9.3.
  2. Cependant, Pierre utilise ce mot dans le contexte d'une simple question posée par un ami ou un voisin ...
    1. par exemple, quelqu'un qui demande "Pourquoi êtes-vous chrétiens ?"
    2. A cela Pierre nous dit que nous devrions être prêts à donner des raisons de notre croyance.
  3. Dans cette série de leçons sur l'apologétique chrétienne, nous examinerons quelques preuves qui existent pour placer sa foi en Jésus-Christ, le Fils du Dieu vivant.
  4. Nous espérons accomplir deux objectifs :
    1. renforcer notre foi en Jésus-Christ.
    2. nous préparer à être capable de suivre les recommandations de Pierre dans 1 Pierre 3.15.

I. La foi chrétienne est "une foi intelligente et rationnelle"

  1. Elle fait aussi bien appel à la "raison" qu'au "cœur".
    1. Dieu s'attend à ce que nous utilisions notre raison (Matthieu 22.36-37 ; Jean 8.32).
      1. C'est-à-dire que nous n'avons pas à commettre un " suicide intellectuel " dans le but d'avoir la foi !
      2. Ceci est important parce qu'une personne a dit : "Mon cœur ne peut pas se réjouir de ce que ma raison rejette !"
        1. Une " foi fragile " peut être le résultat d'un cœur essayant de croire en quelque chose que la raison n'accepte pas.
        2. Mais la " foi solide " que Dieu demande inclut à la fois la raison et le cœur.
    2. Il est alors important d'expliquer pourquoi nous croyons, ceci d'une façon intelligente et rationnelle.
      1. " Nous ne pouvons pas satisfaire l'arrogance intellectuelle d'un homme, mais nous devons satisfaire son intégrité intellectuelle". Paul Little.
  2. Cela veut-il dire que nous pouvons fournir 100% de preuves ?
    1. Non, mais il n'y a rien qui puisse être sûr à 100 % (par exemple la réponse à la question : "qui sont nos parents ?").
    2. Pourtant, nous nous engageons souvent à 100 % quand il y a moins de 100 % de preuves (par exemple voler en avion).
      1. Nous ne pouvons pas être sûrs que nous aurons un voyage sans danger.
      2. Mais les preuves statistiques sont assez solides pour nous convaincre qu'il le sera.
      3. Bien que nous n'ayons pas 100 % de chances d'arriver sains et saufs, en montant dans l'avion, nous nous engageons à 100 % !
    3. La question devient alors : Y a-t-il assez de témoignages ou de preuves qui garantissent un engagement à 100 % envers Christ ?
      1. Je crois qu'il y en a assez.
      2. Certainement assez de preuves pour m'engager pour Lui à 100 %, plutôt que 100 % contre Lui !
        1. Il n'y a pas d'autres alternatives (Matthieu 12.30).
        2. Jésus est comme un avion : ou nous nous engageons totalement, ou nous ne montons pas à bord.

II. La foi chrétienne est "une foi historique, basée sur des faits".

  1. Le Christianisme fait appel à l'histoire, et aux faits de l'histoire.
    1. "Les faits appuyant les affirmations chrétiennes ne se composent pas de faits "religieux". Ce sont des faits cognitifs, informationnels sur lesquels sont basées toutes les décisions historiques, légales et courantes." Charles Pinnock.
    2. Notre but dans la prochaine leçon sera de :
      1. présenter ces faits historiques,
      2. démontrer que l'interprétation chrétienne est plus logique que toutes les autres.
  2. Mais pour illustrer brièvement que le Christianisme est basé sur des faits historiques...
    1. Considérez Luc 2.1-5 ; 3.1-2.
    2. Notez les références à l'époque, aux lieux, aux gens, et aux événements qui ont réellement existé dans l'histoire.
  3. La foi chrétienne est donc une foi historique qui fait appel à certains événements historiques.

Elle n'est :

    1. ni une philosophie qui fait appel aux philosophies humaines,
    2. ni une foi basée sur des mythes ou des légendes.

III. La foi chrétienne est "une foi objective"

  1. C'est une foi en un "objet" : Jésus de Nazareth.
    1. Foi en qui Il était : le Christ, le Fils de Dieu.
    2. Foi en ce qu'Il fit : Il ressuscita le troisième jour.
  2. "Ce en quoi" l'on croit a une importance !
    1. Le vieux cliché "ce en quoi vous croyez n'a pas d'importance, tant que vous croyez en quelque chose" est incompatible avec la foi chrétienne.
    2. Considérez Jean 8.24 ; Romains 10.9.
      1. Remarquez que ce n'est pas la foi en elle-même qui a de l'importance,
      2. mais en qui (l'objet) votre foi est basée.

IV. La foi chrétienne est " basée sur des principes de vérité ".

  1. Tel que "La vérité est toujours sujette à examen"
    1. Telle est la foi chrétienne.
      1. cf. Actes 2.22 . Pierre fait appel à la foule pour examiner ce qu'ils savaient eux-mêmes.
      2. cf. Actes 26.24-26. Paul invite Agrippa à examiner les preuves.
    2. À la différence de certaines religions (par exemple les Témoins de Jéhovah et les Mormons), la foi chrétienne est ouverte à un examen honnête.
  2. Tel que "La vérité est toujours opposable à la non-vérité (falsification)".
    1. C'est-à-dire qu'elle est prête à être réfutée.
    2. Pour l'illustrer, si vous ne croyez pas que Jésus est ressuscité ...
      1. Utilisez les preuves disponibles, et ...
      2. Tentez de prouver avec celles-ci qu'Il n'est pas ressuscité.
      3. Faites ceci et nous verrons ensuite quelle est l'interprétation la plus logique (intelligente et rationnelle).

 

IV. La foi chrétienne est " basée sur des principes de vérité ".

  1. Tel que "La vérité est toujours sujette à examen"
    1. Telle est la foi chrétienne.
      1. cf. Actes 2.22 . Pierre fait appel à la foule pour examiner ce qu'ils savaient eux-mêmes.
      2. cf. Actes 26.24-26. Paul invite Agrippa à examiner les preuves.
    2. À la différence de certaines religions (par exemple les Témoins de Jéhovah et les Mormons), la foi chrétienne est ouverte à un examen honnête.
  2. Tel que "La vérité est toujours opposable à la non-vérité (falsification)".
    1. C'est-à-dire qu'elle est prête à être réfutée.
    2. Pour l'illustrer, si vous ne croyez pas que Jésus est ressuscité ...
      1. Utilisez les preuves disponibles, et ...
      2. Tentez de prouver avec celles-ci qu'Il n'est pas ressuscité.
      3. Faites ceci et nous verrons ensuite quelle est l'interprétation la plus logique (intelligente et rationnelle).

 

V. Pourquoi les gens rejettent-ils Christ ?

  1. Comme au temps de Jésus, ceci est habituellement dû à l'une des trois raisons suivantes :
    1. L'ignorance (Jean 7.40-43).
      1. Certains rejetaient Jésus comme étant le Christ parce qu'ils ignoraient les faits historiques de Sa naissance.
      2. Beaucoup le rejettent aujourd'hui pour la même raison : manque d'informations exactes.
    2. L'orgueil (Jean 12.42-43).
      1. L'orgueil, qui recherche l'approbation des hommes, mais empêchère de reconnaître Jésus comme étant le Christ.
      2. Aujourd'hui, beaucoup ne veulent pas affronter le ridicule ou le rejet pour suivre Christ.
    3. Les problèmes moraux (Jean 3.19-20).
      1. Certains rejettent l'évidence parce qu'ils auraient à changer de style de vie.
      2. Aujourd'hui, beaucoup de gens s'efforcent de justifier leur immoralité...
        1. Ils n'acceptent une preuve qu'à la condition qu'elle les autorisent à ne pas changer de style de vie.
        2. Ils rejettent toute preuve qui soutient une doctrine condamnant leur comportement et demandant un changement.

  1. Ce qui se ramène souvent à :
    1. Rejeter Christ ...
      1. ce qui n'est pas une question de "raison" mais de "volonté" !
      2. ce qui n'est pas un "je ne peux pas" mais un "je ne veux pas" !
    2. Il y a assez de preuves pour convaincre ceux qui recherchent avec honnêteté et sincérité.
    3. Mais il n'y a pas assez de preuves pour forcer un homme contre sa volonté quand il est déterminé à rejeter Christ !

Conclusion

  1. C'est avec ces "bases" en tête que nous allons nous efforcer de donner des preuves qui justifient la foi en Jésus de Nazareth comme étant le Christ, le Fils de Dieu.
  2. Nous n'allons pas tenter de prouver quelque chose "au delà de l'ombre d'un doute", ce qui est impossible.
  3. Mais nous essaierons de montrer qu' il est plus logique de croire en Jésus que de ne pas y croire  !

Et nous allons commencer par examiner la preuve qui démontre que Jésus est, en vérité, un personnage historique, une personne qui a véritablement vécu !

Notre tribut envers le Nouveau Testament

 

Introduction

  1. Nous avons examiné les preuves issues de sources impartiales qui établissent Jésus de Nazareth ...
    1. comme étant un personnage historique,
    2. qui a vécu et qui est mort au premier siècle après J.C.
  2. Mais nous avons aussi remarqué que de telles sources ne nous disent rien sur :
    1. qui Il était
    2. ce qu'Il fit... pour que Son enseignement et Sa vie nous influencent tant dans notre société des siècles plus tard.
  3. Pour les Chrétiens, le seul témoignage qui décrit dans tous ses détails la vie et la mort de Jésus est le Nouveau Testament.
    1. Mais en tant que document historique, est-il fiable ?
    2. Pouvons-nous avoir confiance en la véracité du récit de l'histoire de Jésus, de Sa vie, de Sa mort et de Sa résurrection ?
    3. Pouvons-nous même être sûrs que le Nouveau Testament que nous avons aujourd'hui est la copie exacte de ce qu'ont écrit les auteurs originaux ?
  4. Nous allons tenter de répondre à certaines de ces questions en examinant "la fiabilité historique du Nouveau Testament".

[ Mais d'abord, pour que les Chrétiens comprennent l'importance de ce sujet, il serait utile de démontrer dans quelle mesure notre foi dépend de la fiabilité du Nouveau Testament en tant que document historique ...]

I. Pourquoi croyons-nous que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu ?

  1. Les "réponses" que nous donnerions le plus volontiers sont :
    1. à cause des miracles qu'Il a fait.
    2. parce qu'Il a accompli des centaines de prophéties Messianiques de l'Ancien Testament.
    3. parce qu'Il est ressuscité.
  2. Mais où apprenons-nous toutes ces choses ?
    1. Où avons-nous lu qu'Il a accompli des miracles ? Dans le Nouveau Testament !
    2. Qui a dit qu'Il a accompli les prophéties Messianiques ? Les auteurs du Nouveau Testament !
    3. Quelles preuves existe-t-il de la résurrection de Jésus-Christ ? Encore une fois, on les trouve tout d'abord dans le Nouveau Testament !

II. Que se passerait-il s'il était prouvé que...

  1. le Nouveau Testament aurait été écrit plus de cent ans après ces événements ?
    1. Alors le Nouveau Testament n'aurait pas été écrit par des témoins oculaires, ni par ceux nommés par celui-ci (Paul, Pierre, etc.).
    2. À en croire le consensus d'un grand nombre d'érudits du siècle dernier, le Nouveau Testament aurait été écrit au second siècle après J.C., pas au premier.
    3. Si cela était vrai, alors le Nouveau Testament serait une falsification !
  2. le Nouveau Testament serait truffé d'erreurs sur la géographie, les gens et les événements ?
    1. Alors comment pourrait-on croire les auteurs du Nouveau Testament dans leur description d'événements surnaturels, s'ils ont été négligents dans la description d'événements naturels ?
    2. Cela ferait du Nouveau Testament un document non fiable !
  3. les preuves documentaires seraient très rares, séparées de milliers d'années des documents originaux ?
    1. Alors, nous n'aurions aucune façon de tester la fiabilité des copistes, qui, pendant des centaines d'années, ont préservé le Nouveau Testament en n'en faisant que des copies à la main.
    2. Alors notre foi en Jésus serait fondée sur des bases peu solides, sur un document qui est historiquement discutable.

III. Notre foi en Jésus dépend de la fiabilité historique du Nouveau Testament !

  1. "Une foi aveugle" peut paraître suffisante à certains ...
    1. pour les enfants qui croient tout ce que disent leurs parents ;
    2. pour ceux qui ne se trouvent jamais dans un environnement où leur foi est contestée ;
    3. pour les gens qui n'essaient pas de convaincre d'autres personnes de faire confiance en Jésus pour leur salut.
  2. Mais si nous désirons avoir une "foi solide", pour nous-mêmes et pour les autres ...
    1. alors nous devons comprendre à quel point nous dépendons du Nouveau Testament ;
    2. nous devons prouver qu'il est un document historique fiable !

Conclusion

  1. Heureusement, nous comprenons maintenant la nécessité d'examiner avec soin les preuves de la fiabilité historique du Nouveau Testament.
  2. Pour cette tâche, nous lui ferons passer les tests appliqués à tout ancien document pour déterminer s'il est fiable !
  3. La prochaine étude examinera quelle est "l'épreuve décisive" à faire passer à tout document ancien qui prétend être un témoignage historique de certains événements ...

Les preuves de l'existence précoce du Nouveau Testament

Introduction

  1. Le Nouveau Testament se présente comme un témoignage historique supposé avoir eu lieu au premier siècle après J.C.
  2. Dans quelle mesure est-il fiable ? Comment déterminons-nous si un document ancien prétendant rapporter des événements de l'histoire est fiable ?
  3. Pour déterminer la fiabilité d'un document historique quelconque, la première question qui doit être posée est : "Combien de temps s'est-il écoulé entre les événements et leur narration ? "
  4. Appliqué au Nouveau Testament, cela signifie qu'il faut essayer de déterminer quelles preuves nous avons de l'existence précoce du Nouveau Testament ...

I. Pourquoi les preuves de l'existence précoce du Nouveau Testament sont-elles cruciales ?

  1. Si un événement est narré longtemps après qu'il ait eu lieu...
    1. Il ne l'a probablement pas été par des témoins oculaires.
    2. Il ne l'a probablement pas été quand d'autres témoins auraient pu confirmer ou contester la fidélité du récit.
    3. La crédibilité du récit en serait affaiblie ; par exemple, quelle serait la source d'informations la plus crédible pour un événement qui s'est produit pendant la Révolution française (note du traducteur) ...
      1. un écrivain actuel qui dépendrait totalement de sources de seconde main ?
      2. ou des agendas et des lettres écrits par des témoins oculaires de l'événement ?
    4. Bien sûr, il serait nécessaire de montrer que de tels agendas et lettres sont authentiques, et qu'il est possible de démontrer leur exactitude.
  2. Au siècle dernier, certains érudits ont affirmé que les Évangiles et le livre des Actes n'existaient pas avant l'an 130 après J.C.
    1. Cela signifierait que les Évangiles et les Actes n'ont pas été écrits par des témoins oculaires !
    2. Ils auraient plutôt été écrits par des imposteurs qui se sont fait passer pour des témoins oculaires !
      1. car les auteurs des Actes prétendent avoir été présents au cours de certains événements décrits dans ce livre. cf. "nous" en Actes 16.11-12.
      2. L'auteur du second Épître de Pierre prétend avoir été un témoin oculaire de la Transfiguration - 2 Pierre 1.16-18.

II. Les preuves de l'existence précoce du Nouveau Testament

  1. Les preuves internes
    1. La fin du livre des Actes
      1. Ce livre se termine brutalement avec Paul en prison, attendant le jugement - Actes 28.30-31.
      2. Une explication plausible est que Luc a écrit Actes à ce moment-là, avant que Paul n'apparaisse finalement devant Néron.
      3. Ce serait environ en 62-63 après J.C., c'est-à-dire qu'Actes et Luc (qui vient en premier - cf. Actes 1-1 avec Luc 1.1-4) ont été écrits dans la période de 30 ans qui a suivi la mort de Jésus.
    2. Aucune mention de la destruction de Jérusalem en 70 après J.C.
      1. Matthieu, Marc et Luc rapportent la prophétie de Jésus, que le temple et la ville seraient détruits pendant cette génération - cf. Marc 13.1-4, 14, 30 ; Luc 21.5-9, 20-24, 32.
      2. L'histoire rapporte qu'en 70 après J.C., Jérusalem avec son temple ont été détruits, exactement comme Jésus l'avait prédit !
      3. Néanmoins, il n'y a pas un seul livre du Nouveau Testament qui fasse référence à l'accomplissement de ces événements !
        1. Cela aurait été très improbable s'ils avaient été écrits après l'an 70.
        2. Cet événement confirmant la revendication de Jésus, qu'Il est le Fils de Dieu, il est difficile d'imaginer qu'un rédacteur d'après 70 n'ait pas mentionné l'accomplissement de la prophétie !
      4. Ce qui a incité certains érudits à conclure que tous les livres du Nouveau Testament ont été écrits avant l'an 70 (voir par exemple John A.T. Robinson, REDATING THE NEW TESTAMENT).
  2. Les fragments de Papyrus
    1. Les Papyrus bibliques de Chester BEATTY (datés de 200-250 après J.C.)
      1. Rendus publiques en 1931.
      2. Contiennent les Évangiles, les Actes, Les Épîtres de Paul et l'Apocalypse.
    2. Le Papyrus BODMER II (daté de 200 après J.C.)
      1. Découverte annoncée en 1956.
      2. Contient quatorze chapitres de Jean, et des passages des 7 derniers chapitres.
    3. Les Papyrus chrétiens précoces (datés de 150 après J.C.)
      1. Rendus publiques en 1935.
      2. Écrits par quelqu'un qui avait les quatre Évangiles avec lui et qui les connaissait très bien.
    4. John RYLAND MSS (daté de 130 après J.C.)
      1. C'est le plus vieux fragment du Nouveau Testament.
      2. "En raison de sa précocité et de sa localisation (Égypte), de la distance du lieu de composition traditionnel (Asie Mineure), ce passage de l'Évangile de Jean tend à confirmer la date communément admise de la composition de l'Évangile." (GENERAL INTRODUCTION TO THE BIBLE, Geisler et Nix).
  3. Les écrits "Patristiques"
    1. L'Épître de Polycarpe aux Philippiens (daté de 120 après J.C.)
      1. Une connaissance personnelle de l'apôtre Jean.
      2. Il cite les Évangiles Synoptiques, Actes, Romains, 1 et 2 Corinthiens, Galates, Éphésiens, Philippiens, 2 Thessaloniciens, 1 et 2 Timothée, Hébreux, 1 Pierre et 1 Jean.
    2. Lettres de IGNATIUS (datées de 115 après J.C.)
      1. Écrites à beaucoup d'églises en Asie Mineure.
      2. Elles citent Matthieu, Jean, Romains, 1 et 2 Corinthiens, Galates, Éphésiens, Philippiens, 1 et 2 Timothée et Tite.
    3. Épître de CLEMENT aux Corinthiens (daté de 95 après J.C.)
      1. Cette lettre a été écrite pour encourager l'église à respecter ses aînés.
      2. Elle cite les Évangiles Synoptiques, Actes, Romains, 1 Corinthiens, Éphésiens, Tite, Hébreux et 1 Pierre.

III. Les implications de ces preuves

  1. Le Nouveau Testament existait et était bien connu au Premier Siècle après J.C. !
    1. Comme l'a affirmé Nelson Glueck, l'ancien Président du Séminaire Théologique Juif au Collège de l'Union Hébreuse à Cincinnati, et archéologue juif renommé : "Selon mon opinion, tous les livres du Nouveau Testament ont été écrits entre les années 40 et 80 du premier siècle après J.C."
    2. "Nous pouvons déjà catégoriquement dire qu'il n'y a plus de fondements solides qui conduisent à dater un quelconque livre du Nouveau Testament après 80." (W.F. ALBRIGHT, archéologue biblique).
  2. Ainsi le Nouveau Testament a passé "l'épreuve décisive" qui teste l'authenticité de tout document de l'antiquité
    1. Il a été écrit pendant la génération où les événements ont eu lieu.
    2. Il a circulé parmi les gens dont il racontait l'histoire, alors qu'ils étaient encore en vie et qu'ils pouvaient le démentir !
      1. Par exemple, vous souvenez-vous de Clifford Irving et de sa "Biographie" de Howard Hugues ?
      2. Elle a été rapidement dénoncée comme étant une fraude par ceux qui le connaissaient bien, et a très vite perdu de sa crédibilité.
    3. Le fait que la première génération ait préservé le Nouveau Testament pour la postérité montre l'estime qu'ils avaient pour l'exactitude de son contenu.

Conclusion

  1. Mais "l'épreuve décisive" est seulement le premier test qu'un document historique doit passer.
  2. Donc, en admettant qu'il a été écrit précocement ...
    1. Comment savons-nous que ce que nous lisons aujourd'hui est une représentation exacte de "l'autographe" original (le manuscrit véritablement écrit par les auteurs) ?
    2. Comment pouvons-nous être sûrs qu'avec les années, le contenu de l'original n'a pas été altéré par des erreurs de copie ?

L'appui archéologique pour le Nouveau Testament

Introduction

  1. En examinant la question de la fiabilité du Nouveau Testament en tant que document historique ...
    1. Nous avons vu dans l'étude précédente que le Nouveau Testament a passé "l'épreuve décisive".
    2. C'est-à-dire qu'il a été écrit pendant la génération où les événements ont eu lieu.
      1. Il a circulé parmi les gens dont il parlait.
      2. Pendant qu'ils étaient encore en vie et qu'ils pouvaient l'approuver ou le contester.
  2. Il a donc été écrit de façon précoce ... les auteurs ont-ils été fidèles dans leur description des événements qui ont eu lieu ?
  3. C'est là où l'archéologie peut nous aider à examiner la fiabilité historique du Nouveau Testament.
    1. Si les archéologues prouvent que le Nouveau Testament est truffé d'erreurs concernant les gens, lieux et événements ...
    2. alors on ne peut pas avoir confiance dans le Nouveau Testament en tant que témoignage fidèle de la vie de Jésus et de l'église primitive !
  4. Il n'y a pas si longtemps, certains n'accordaient pas de crédibilité aux narrations bibliques parce que celles-ci faisaient fréquemment référence à des faits mentionnés nulle part ailleurs.
  5. Mais de récentes découvertes faites par les archéologues ont confirmé les affirmations du Nouveau Testament et ont fait taire les sceptiques !

I. Un recensement, et Quirinius gouverneur au moment de la naissance de Jésus ? - cf. Luc 2.1-3.

  1. Il a été dit que Luc avait fait une erreur...
    1. qu'il n'y a jamais eu de tel recensement à cette époque.
    2. que Quirinius n'était pas gouverneur de Syrie à ce moment-là.
    3. et que les gens n'avaient pas à retourner à la maison de leurs ancêtres lors du recensement.
  2. Mais les découvertes des archéologues en ont prouvé autrement...
    1. Nous savons maintenant :
      1. que les contribuables Romains étaient recensés en bonne et due forme,
      2. qu'ils faisaient des recensements tous les 14 ans (qui ont commencé avec César Auguste).
    2. Une inscription trouvée à Antioche dit que Quirinius a été gouverneur de Syrie autour de l'an 7 avant J.C. (il a été gouverneur deux fois)
    3. Un papyrus trouvé en Égypte raconte, à propos du déroulement d'un recensement : "A cause de la venue du recensement, il est nécessaire que tous les résidents qui sont loin de chez eux, quelle qu'en soit la raison, se préparent à retourner auprès de leur propre gouvernement pour pouvoir compléter le registre familial..."

II. Qui est Lysanias ? - Luc 3.1

  1. Le seul Lysanias connu des anciens historiens...
    1. Était une personne qui a été tuée en l'an 36 avant J.C.
    2. Cela a poussé certains à mettre en cause la fiabilité de Luc.
  2. Cependant, une inscription a été trouvée près de Damas...
    1. Elle parle de "Freedman de Lysanias le tétrarque"
    2. Elle est datée entre 14 et 29 après J.C.

III. Qui a déjà entendu parler du "Pavé" (Gabbatha) ? - Jean 19.13

  1. Pendant des siècles, il n'y a eu aucun témoignage sur la Cour nommée "le Pavé" ou "Gabbatha"...
    1. A cause de cela, beaucoup ont dit : "c'est un mythe",
    2. et "Voyez, elle (la Bible) n'est pas historique" .
  2. Mais William F. ALBRIGHT dans "l'Archéologie de la Palestine" (référence : Albright, William F., The Archaeology Of Palestine, Rev. Ed. Harmondsworth, Middlesex: Pelican Books, 1960 p. 141) nous montre que...
    1. Cette Cour était la Cour de la Tour d'Antonia.
    2. Elle a été détruite pendant la période de 66-70 après J.C. au moment du siège de Jérusalem.
    3. Elle a été laissée sous terre quand la ville fut reconstruite au temps d'Hadrien.
    4. Et elle n'a été découverte que récemment !

IV. Icone, une ville de Phrygie ? - Actes 14.6

  1. Les archéologues ont d'abord cru que les insinuations de Luc étaient fausses...
    1. Que Lystre et Derbe étaient en Lycaonie, mais pas Icone.
    2. Ils ont basé leur idée sur les écrits des Romains comme Cicéron, qui indiquaient qu'Icone était en Lycaonie.
    3. Ainsi, les archéologues ont affirmé que le livre des Actes n'était pas fiable !
  2. Mais en 1910, Sir William RAMSAY a trouvé un monument...
    1. qui a montré qu'Icone était en effet une ville de Phrygie.
    2. Plus tard, des découvertes l'ont confirmé !

V. Qui a déjà entendu parler de "politarchs" à Thessalonique ? - Actes 17.6

  1. Concernant le terme "magistrats" ("politarchs" en grec)
    1. Puisque le terme n'a pas été trouvé dans la littérature grecque classique...
    2. ... on a supposé que Luc s'était trompé en faisant référence à une telle fonction.
  2. Cependant...
    1. 19 inscriptions utilisant ce titre ont aujourd'hui été trouvées.
    2. 5 font référence à Thessalonique !

Conclusion

  1. Cela ne représente que quelques exemples, car des livres entiers fournissant des cas supplémentaires ont été écrits.
  2. Dans quelle mesure le Nouveau Testament est-il exact dans sa description historique ?"On peut affirmer catégoriquement qu'il n'y a jamais eu aucune découverte archéologique qui ait contesté une référence biblique" Nelson GLUECK (archéologue juif) (référence : Glueck, Nelso, Rivers In The Desert; History of Neteg. Philadelphia: Jewish Publications Society of America, 1969 p. 31) .
  3. Le témoignage de Sir William RAMSAY est très intéressant...
    1. concernant sa formation :
      1. Il a reçu sa formation à l'école d'histoire allemande au milieu du 19ème siècle.
      2. On lui a appris que le livre des Actes a été réalisé au milieu du deuxième siècle après J.C.
      3. Il en fut fermement convaincu et entreprit de faire carrière en archéologie pour le prouver.
    2. Cependant, il a été contraint à un revirement total de ses convictions suite aux preuves écrasantes mises à jour pendant ses recherches.
    3. Ses conclusions :"Luc est un historien de premier rang ; ses déclarations ne sont pas seulement dignes de confiance, il possède le vrai sens historique... en bref, cet auteur devrait être placé parmi les plus grands historiens."
  4. Qu'avons-nous ainsi établi jusqu'ici ?
    1. Que Jésus était un personnage historique ;
    2. Que le Nouveau Testament a été écrit à la génération où les événements ont eu lieu ;
    3. Que sa fiabilité en tant que document historique continue à être confirmée par l'archéologie.
  5. Mais il reste une autre question... "Comment peut-on être sûrs que le Nouveau Testament que nous avons aujourd'hui est le même que celui qui a été écrit par les auteurs originaux ?"

Le témoignage des manuscrits pour le Nouveau Testament

Introduction

  1. Dans le but de démontrer la fiabilité du Nouveau Testament en tant que document historique...
    1. Nous avons considéré les preuves confirmant que le Nouveau Testament a été écrit et a circulé peu de temps après que les événements aient eu lieu; Par exemple :
      1. Les preuves internes
      2. Les fragments de papyrus
      3. Les écrits "Patristiques"
    2. Nous avons noté que l'archéologie confirme le témoignage du Nouveau Testament (tel que nous le possédons aujourd'hui) dans des domaines qui peuvent être testés ; par exemple les références :
      1. aux gens,
      2. aux lieux,
      3. aux événements.
  2. Mais il reste encore une question pour établir de façon indubitable que le Nouveau Testament est historiquement fiable :"Comment pouvons-nous être sûrs que la version du Nouveau Testament que nous avons aujourd'hui est la même que celle qui a été écrite par les auteurs originaux? "
  3. En d'autres mots, puisque nous n'avons pas les "autographes" (les manuscrits écrits par les auteurs), comment savons-nous...
    1. qu'il n'y a pas eu de changements ou d'erreurs significatifs lors des copies au cours des années ?
    2. qu'il n'y a pas eu de collusion (entente secrète dans le but de tromper) parmi ceux qui possédaient les premières copies des originaux ?
  4. C'est ici que le "test bibliographique" certifiant les anciens manuscrits peut être appliqué pour nous aider à répondre à de telles questions !

I. Le "test bibliographique"

  1. Ce test est appliqué à tous les anciens documents historiques...
    1. Tels que :
      1. la "Guerre des Gaules" de Jules César ;
      2. les "Histoires" de Tacite ;
      3. les "Annales" de Tacite ;
      4. le Nouveau Testament.
    2. Dans le but d'établir la probabilité que les copies que nous avons :
      1. sont des copies semblables aux originaux,
      2. et qu'elles nous sont arrivées sans changements, ni erreurs, ni collusions.
  2. Les questions soulevées par ce test...
    1. "Combien de copies du document en question sont disponibles ?"
      1. Pour les comparer les unes avec les autres.
      2. Plus on en a, mieux c'est !
    2. "Où les copies ont-elles été trouvées ?"
      1. Si elles proviennent toutes du même endroit, la collusion est possible.
      2. Mais si elles proviennent de lieux éloignés dans le temps et dans l'espace, la collusion est improbable.
    3. "Combien de temps s'est-il écoulé entre la rédaction de l'original et les copies les plus anciennes ?"
      1. Si les copies les plus anciennes que nous avons ont été écrites des centaines d'années après l'original, beaucoup de modifications ont pu être faites et nous ne le saurions pas.
      2. Mais un intervalle de temps court renforcerait notre conviction de la fiabilité de ces copies.
    4. "Quelle différence existe-t-il entre les copies ?"
      1. S'il existe des différences significatives entre les copies d'un document, alors il n'est pas possible de savoir ce que l'auteur original a écrit !
      2. Si les différences sont mineures et peu nombreuses, alors le processus de copie au cours des années est suffisamment fiable, et l'on peut construire l'original !

II. Le "test bibliographique" du Nouveau Testament

  1. Combien de copies manuscrites du Nouveau Testament sont disponibles ?
    1. Plus de 4 000 manuscrits grecs ; 13 000 copies de passages du Nouveau Testament en grec; 8 000 messages en latin, 1 000 en copte, 32 000 citations des pères de Eglise ; seuls 11 versets ne sont pas cités !
    2. Comparez ceci à d'autres écrits historiques anciens :
      1. "La Guerre des Gaules" de César - seulement 10 manuscrits grecs
      2. "Les Annales" de Tacite - 2
      3. Live - 20 ; Platon -7 ; Sophocles - 100
  2. Où ces copies ont-elles été trouvées ?
    1. En divers lieux : Égypte, Palestine, Syrie, Turquie, Grèce, Italie ;
    2. Des emplacements si variés rendraient la collusion difficile.
  3. Combien de temps s'est-il écoulé entre l'original et les copies les plus anciennes ?
    1. Nous avons vu dans la leçon précédente que plusieurs fragments de papyrus ont été datés entre 50 et 100.
    2. Nous avons beaucoup de manuscrits grecs presque complets du Nouveau Testament qui ont été copiés entre 300 et 400, par exemple :
      1. Le manuscrit de Sinaiticus, trouvé près du Mont Sinaï ;
      2. Le manuscrit d'Alexandrinus, trouvé près d'Alexandrie en Égypte ;
      3. Le manuscrit de Vaticanus, situé au Vatican à Rome.
    3. Mais comparez ceci aux manuscrits des différentes histoires classiques :
      1. "Histoires de la guerre de Péloponèse" de Thucydide - la copie la plus ancienne est séparée de 1300 ans de l'original ;
      2. "Histoires" de Hérodote - la copie la plus ancienne est séparée de 1350 ans de l'original ;
      3. "La Guerre des Gaules" de César - 950 ans
      4. L'histoire romaine de Livy - 350 ans (et la copie la plus ancienne n'est seulement qu'un fragment) ;
      5. "Histoires" de Tacite - 750 ans ;
      6. "Les Annales" de Tacite - 950 ans (et il y a seulement deux manuscrits).
  4. Quelles différences existe-t-il entre les copies du Nouveau Testament ?
    1. Il est vrai qu'il existe des différences entre les milliers de manuscrits disponibles
      1. Mais la très grande majorité sont mineures (orthographe, différences de phraséologie, etc.; les traductions modernes notent les différences dans les notes de bas de pages) ;
      2. Seul 0.5 % du texte est sujet à caution à comparé à 5 pour cent pour l'Iliade.

Pour des statistiques plus précises, merci de cliquer ici

    1. Même alors, on peut affirmer : "Il n'y a pas une seule doctrine fondamentale de la foi chrétienne qui s'appuie sur un passage contesté... On ne peut pas non plus affirmer avec force qu'en substance le texte de la Bible est absolument certain : spécialement dans le cas du Nouveau Testament." Kenyon, Frederic G. Our Bible and the Ancient Manuscripts. New York: Harper and Brothers, 1941 (p. 43) (une autorité dans le domaine de la critique textuelle du Nouveau Testament).

Conclusion

  1. En ce qui concerne le "test bibliographique" attestant les preuves manuscrites du Nouveau Testament :
    1. Le Nouveau Testament ne fait pas que de le réussir moyennement ..."
    2. Il fait mieux que n'importe quel autre document historique qui provient de l'antiquité !
  2. "Les preuves concernant les écrits du Nouveau Testament sont même bien meilleures que pour beaucoup d'écrits d'auteurs classiques ; c'est une authenticité que personne ne rêve même de remettre en question. Ainsi, si le Nouveau Testament était un recueil d'écrits séculiers, son authenticité serait acquise au delà de tout soupçon." F.F. Bruce
  3. Josh Mac Dowell fait des commentaires intéressants: "Après avoir tenté de détruire l'historicité et la validité des Écritures, j'en suis arrivé à la conclusion qu'elles étaient historiquement dignes de confiance. Si quelqu'un considère la Bible comme étant document non fiable, alors il doit renoncer à pratiquement toute la littérature de l'antiquité."
    "Un problème auquel je suis constamment confronté, c'est le désir de la part de beaucoup d'appliquer des normes et des épreuves à la littérature séculière, et d'appliquer d'autres normes et d'autres épreuves à la Bible. Il est indispensable d'appliquer les mêmes épreuves à tous les textes, qu'ils soient séculiers ou religieux."
    "Ayant fait ceci, je crois que quelqu'un peut tenir les Écritures dans sa main et dire, 'la Bible est digne de confiance, et historiquement fiable.'"
  4. Alors pourquoi quelqu'un se poserait-il des questions sur le témoignage du Nouveau Testament concernant Jésus ?
    1. C'est parce qu'il y est fait mention de miracles, comme la résurrection de Jésus ;
    2. Dans notre prochaine étude, nous allons considérer s'il est raisonnable de croire que le Nouveau Testament est un mensonge quand il parle de telles choses...

 

Le Nouveau Testament : Vérité ou mensonge ?

Introduction

  1. Jusqu'à maintenant, nous avons tenté de démontrer les faits suivants :
    1. Jésus a réellement vécu ;
    2. Le Nouveau Testament a de bonnes raisons d'être considéré comme un document historique fiable...
      1. Il a circulé peu de temps après que les événements ont eu lieu ;
      2. L'archéologie confirme le témoignage du Nouveau Testament dans chaque domaine qui peut être vérifié ;
      3. Le test bibliographique nous donne toutes les raisons de croire que la version que nous avons aujourd'hui est bien ce qui a été écrit par les auteurs originaux.
  2. Mais que devons-nous faire du témoignage du Nouveau Testament concernant les miracles de Jésus, et du témoignage de Sa résurrection ?
    1. L'archéologie ne peut pas confirmer ou nier la véracité de telles choses ;
    2. Chacun de nous doit décider si le Nouveau Testament dit la vérité sur ce point, ou si c'est un mensonge orchestré avec soin par les huit rédacteurs du Nouveau Testament !
  3. Mais y a-t-il d'autres alternatives que " le Nouveau Testament dit la vérité " ou " il est un mensonge orchestré avec soin " ?

[ NON ! Pour comprendre pourquoi, considérons ... ]

I. Pourquoi n'y a-t-il que deux alternatives ?

  1. Les rédacteurs du Nouveau Testament ne nous ont laissé aucune autre alternative !
    1. Comme Paul l'explique dans sa lettre aux Corinthiens, soit Jésus est ressuscité, soit lui même et les autres "témoins oculaires" sont de "faux témoins" - 1 Corinthiens 15.14-15
    2. Pierre affirme aussi que : soit les événements (comme la transfiguration) se sont passés comme l'ont décrit les "témoins oculaires", soit ce sont des "fables habilement conçues" ! - 2 Pierre 1.16-18
  2. Nous ne pouvons pas dire qu'ils ont pu être trompés sincèrement !
    1. Surtout concernant la résurrection de Jésus ;
      1. Ils prétendent qu'après, ils ont mangé et bu avec Lui - Actes 10.39-41 ;
      2. Ils prétendent qu'ils L'ont vu et touché - 1 Jean 1.1-4 ;
    2. Ils ne nous laissent pas la possibilité de dire qu'ils ont seulement fait une erreur ou qu'ils se sont trompés !
      1. Certains sceptiques ont essayé de donner une autre alternative ;
      2. Que peut-être dans leur douleur et dans leur trouble après la crucifixion de Jésus, ils ont eu des " hallucinations " et eu une vision de Jésus inspirée par la douleur ;
      3. Mais les "hallucinations" et les "visions" sont des expériences extrêmement individuelles ;
        1. Une personne peut avoir une hallucination ou une vision ;
        2. Mais plusieurs personnes ne peuvent pas avoir la même vision au même moment !
        3. Les hallucinations décrites par les psychologues répondent à des critères précis (non sensorielles, généralement désagréables, souvent obsessives et répétées, etc...) qui les démarquent de ce qu'ont vu les apôtres.
      4. Comme le soulignent les Évangiles et 1 Corinthiens 15.4-8, beaucoup ont témoigné des apparitions de Jésus ressuscité au même moment (plus de 500 en une seule occasion !).

[ Ils ne nous laissent donc pas le choix ; soit le Nouveau Testament est un "Livre De Vérité", soit il est un "Livre De Mensonges."

Qu'est-ce qui est le plus logique, le plus rationnel à croire ? Pour nous aider à décider, considérons ...]

II. Les implications d'un Nouveau Testament qui n'est pas vrai

  1. Le Nouveau Testament est un mensonge orchestré avec soin !
    1. Nous avons vu la grande fidélité avec laquelle ils ont décrit les événements, les lieux et les gens (comme cela a été confirmé par l'archéologie) - Luc 2.1-5 ;
    2. Si le témoignage des miracles et de la résurrection est faux, alors ils ont mêlé avec un grand soin les faits et la fiction !
Est-ce raisonnable de croire cela ?
 
  1. Les auteurs ont connu des épreuves extrêmement dures pour ce qu'ils savaient être un mensonge !
    1. Beaucoup de gens mentiront pour en tirer quelque avantage (comme l'argent, le pouvoir) ;
    2. Qu'est-ce que les apôtres en ont tiré ? - cf. 1 Corinthiens 4.9-13 ;
    3. Qu'a obtenu Paul pour avoir maintenu son témoignage ? - cf. 2 Corinthiens 11.24-29 ;
    4. Comment savons-nous qu'ils ont connu des épreuves si dures ?
      1. Par le fait même que les lettres du Nouveau Testament ont été gardées !
      2. Par exemple, considérons les lettres 1 & 2 Corinthiens...
        1. Ces lettres sont truffées de blâmes envers les Corinthiens ;
        2. Les Corinthiens auraient eu toutes les raisons pour ne pas garder ces lettres qui exposent leurs fautes ;
        3. Les Corinthiens ont été les premiers à savoir si les apôtres et Paul ont véritablement connu des épreuves dures ;
        4. S'ils avaient su que le témoignage de ces dures épreuves était faux, ils auraient rapidement détruit ces lettres écrites par un menteur, qui les avait mis dans l'embarras en parlant de leurs problèmes !
    5. Donc, en admettant que le Nouveau Testament ne soit pas vrai, l'auteur de la moitié des livres du Nouveau Testament (Paul) a connu de dures épreuves pour un mensonge
Est-ce logique de croire cela ?
 
  1. Les auteurs qui ont été martyrisés savaient qu'ils mouraient pour un mensonge !
    1. L'histoire et la tradition témoignent de ceci :
      1. Jacques a été lapidé ;
      2. Paul a été décapité ;
      3. Pierre a été crucifié.
    2. Si le Nouveau Testament est un mensonge, ils sont allés à la mort sachant qu'ils allaient mourir pour un mensonge !
Est-ce rationnel de croire cela ?
  1. En souffrant et en mourant pour un mensonge, ils sont allés contre tout ce que Jésus et eux-mêmes ont enseigné !
    1. "Que votre parole soit oui, oui ; non, non." - Jésus (Matthieu 5.37)
    2. "C'est pourquoi rejetez le mensonge et que chacun de vous parle avec vérité à son prochain..." - Paul (Éphésiens 4.25)
    3. "Rejetez donc toute méchanceté et toute fraude, l'hypocrisie, l'envie et toute médisance" - Pierre (1 Pierre 2.1).
Est-il sensé de croire cela ?
  1. En fait, le livre qui possède le modèle le plus élevé et le but le plus noble a été composé par des menteurs, des fraudeurs et des trompeurs !
    1. Quel livre présente un modèle d'amour et de moralité plus élevé que le Nouveau Testament ?
    2. Par exemple, le "Sermon de Jésus sur la montagne" (Mathieu 5.7) et le "Discours sur l'Amour" de Paul (1 Corinthiens 13)
Le croyez-vous ?

 
Conclusion
  1. Ce que vous devez croire si vous ne croyez pas le Nouveau Testament quand il parle des miracles et de la résurrection de Jésus-Christ, c'est que :
    1. C'est un mensonge orchestré avec soin !
    2. Les auteurs ont connu des épreuves extrêmement dures pour ce qu'ils savaient être un mensonge !
    3. Ces auteurs qui ont été martyrisés savaient qu'ils allaient mourir pour un mensonge !
    4. En souffrant et en mourant pour un mensonge, ils sont allés contre tout ce que Jésus et eux-mêmes ont enseigné !
    5. D'une manière ou d'une autre, ces menteurs, fraudeurs et trompeurs ont écrit un livre contenant le modèle de morale le plus élevé du monde et le but le plus noble !
  2. Nous sommes convaincus que ceux qui ne croient pas le Nouveau Testament sont ceux qui :
    1. n'ont jamais lu le Nouveau Testament avec attention ;
    2. ignorent les preuves qui soutiennent qu'il est un document historique ;
    3. n'ont pas examiné les implications logiques de le considérer simplement comme un mélange de faits et de fiction !
  3. Mais, pour ceux qui le liront, nous sommes persuadés qu'ils trouveront...
    1. qu'il "sonne juste" ;
    2. qu'il donne naissance à la foi nécessaire pour croire en Jésus (cf. Romains 10.17), et qu'à travers une telle foi ils trouveront la vie éternelle (cf. Jean 20.30-31) !
  4. Un proverbe américain dit : "Vous pouvez mener un cheval à l'eau, mais vous ne pouvez pas le faire boire."
    1. Le but à travers ces leçons est d'ôter tout obstacle qui peut empêcher quelqu'un de boire "l'eau de la vie" (c'est-à-dire le Nouveau Testament) ;
    2. Mais personne ne peut apporter assez de preuves pour obliger quelqu'un à lire le Nouveau Testament s'il est déterminé à ne pas le faire !
Avez-vous lu le Nouveau Testament ? Et encore plus important, avez-vous obéi au Nouveau Testament ?
Remarques:
(R1) Ce sont biens des leçon que l'on écrit et pas des explications. Donc on vous empêches d'avoir le libre arbitre.
(R2) Raisonnement sur des préjugés, donc n'est pas impartial
(R3) Libre penseur n'est pas athée, ni historien, il aimait la science fiction.
(R4) Un païen est aussi un mystique, donc croyant.
(R5) Malhonnêteté intellectuel de vouloir faire croire que lorsque l'on ne nie pas, que cela est vrai.