Les "preuves" de l'existence de Jésus Christ
 
Elles ne sont pas nombreuses et vraiment pas très solides :

- Flavius Josèphe

Né en 37 à Jérusalem, Ben Mathithiau dit Flavius Josèphe est un historien juif du coté des romains. Il est l'auteur de "Guerre Juive" dans lequel il ne mentionne pas JC et de "Les Antiquités juives" vers +95 en vingt livres.
Au chapitre XVIII apparaît un bref passage relatif à Jésus connu sous le nom de Testimonium Flavianum.

Cependant, il ne fait aucun doute aujourd'hui que ce passage constitue, sinon dans sa totalité, au moins partiellement , une interpolation due à une main pieuse (L'Église elle-même le reconnaît), effectuée au IVe siècle par Ambroise de Milan sous le nom d'Egesippo ou d'Eusèbe de Césarée "le faussaire" (L'âme damnée de l'empereur Constantin).

Bien sur il y avait les écrits "messianiques" des Livres de Daniel, Jérémie, et Isaïe où l'on parle du Resh Galuta et du futur Machiah.
Flavius Josèphe ne les ignorait pas dans la mesure où il avait eu une formation de scribe auprès des prêtres du Temple.Descendant lui même des grand prêtres Cohen.

- Quirinus

En l'an 6 après JC, Sulpicus Quirinius, gouverneur de Syrie, entre en fonction (censé gouverner à la naissance de JC selon Luc 2-2). JC est aussi censé naître sous Hérode (Matthieu 2-1) mort en -4! Pour sortir de cette contradiction gênante, certains chrétiens parlent d'une pierre découverte à Antioche et dont l'inscription parle de Quirinus avant la naissance de JC. Cette pierre existe bien mais ne fait que relater des faits de guerre de Quirinus et ne résout pas la contradiction de date due à une méconnaissance de l'histoire des auteurs des évangiles.

Là ,on peut se demander si on a pas fait une "boulette" en utilisant Quirinus ??

Il est vrai que l'on a fait venir Sulpicus Quirinus en Judée lorsque Rome a destitué Hérode Archélaus en 6 ap EC. c'est Quirinus qui répartira les territoires à chacun des héritiers restants .Ainsi Hérode Philippe se retrouve sur le territoire de Banias près de laquelle il fera édifié la ville de Césarée Philippe. (voir les livres de Flavius Josèphe)

C'est a partir de l'an 6 que la Judée sera considérée comme une province romaine, et son "gouverneur" sera nommé par Rome, et c'est lui qui aura les rennes du pouvoir. C'est une incohérence historique que de dire que Hérode Antipas était le roi de Jérusalem.


Par contre il existe ce que l'on appelle les Quirinus qui sont les descendants des fondateurs de Rome et qui avaient la garde des boucliers et des lances sacrées à Rome. Ils assistaient au nombres de 12 au Lupercales. Ils avaient le statuts de prêtres saliens .
Il existe à Rome un Dieu appelé aussi
Quirinus .
Voir la religion romaine sous l'Antiquité et Saliens de Mars et Saliens de Quirinus

Ce peut il que le recensement de "Quirinus" ne soit pas plutôt le recensement des Quirinus pour trouver un successeur à Auguste et que l'on se soit trompé de 2 ans puisque Auguste a adopté
Tibère seulement en 4 ap EC ????

- Suétone
Caius Suetonius Tranquillus naît sans doute à Rome vers +70, un homme de bibliothèque, un historien un peu approximatif. Il parle de juifs provoquant des troubles à Rome à l'instigation d'un certain Crestos en +42 (à peu près 10 ans après la mort supposée de JC). Crestos (à ne pas confondre avec Christos) signifie "le bon" ou "utile" et était courant dans la Rome de l'époque, souvent porté par des esclaves libérés. C'était, par exemple, le nom de l'adjoint du préfet Ulpien.
Ici il s'agit d'un des chefs organisateurs des désordres qui se révélèrent à Rome avec une particulière fréquence dans les années 39-40 sous Caligula.

Vu le problème posé par les dates et les lieux, l'Église ne défend plus guère la théorie Crestos = Christ = JC.
- Suétone
Caius Suetonius Tranquillus naît sans doute à Rome vers +70, un homme de bibliothèque, un historien un peu approximatif. Il parle de juifs provoquant des troubles à Rome à l'instigation d'un certain Crestos en +42 (à peu près 10 ans après la mort supposée de JC). Crestos (à ne pas confondre avec Christos) signifie "le bon" ou "utile" et était courant dans la Rome de l'époque, souvent porté par des esclaves libérés. C'était, par exemple, le nom de l'adjoint du préfet Ulpien.
Ici il s'agit d'un des chefs organisateurs des désordres qui se révélèrent à Rome avec une particulière fréquence dans les années 39-40 sous Caligula.

Vu le problème posé par les dates et les lieux, l'Église ne défend plus guère la théorie Crestos=Christ=JC.

- Mara Bar Sérapion

La lettre ne cite ni le Christ ni Jésus. Elle parle du roi des juifs qui pourrait dater de plusieurs siècles avant JC et elle contient des erreurs historiques.

- Tacite
Publius Cornelius Tacitus né en +52/54, historien romain, à propos de l'incendie de Rome, en +116 (qui n'a jamais eu lieu).
En +120, il cite les chrétiens dont le nom leur vient du Christ.

Les historiens critiques ont prouvé que ce témoignage est une interpolation (Tacite parle par exemple du procurateur Pilate qui n'était que préfet).

Il est prouvé qu'il s'agit d'un faux qui date de 1429 écrit par Pogge, un secrétaire pontifical, un des plus grands faussaires du christianisme.

-Pline le jeune
Caius Plinius Secondus gouverneur, en 112, cite une communauté qui croyait en un certain Khristo. Contrairement à ce que l'Église a soutenu, il ne s'agissait pas de chrétiens. On pense que le passage est un faux et peut-être la lettre entière. Il faut noter que la lettre ne cite pas Jésus.

- Thallus
Aurai témoigné au sujet de l'obscurité qui s'est abattu au moment de la crucifixion de JC (et dont personne n'a entendu parler). L'écrit lui-même n'existe pas, il est cité par Eusèbe (le faussaire) qui cite lui-même Jules l'Africain. Ce témoignage daterai entre +100 et +200
.

- Talmud juif
Il parle vaguement d'un certain Yeshu pendu la veille de Paques. C'est vague et que penser d'un texte rédigé vers le Ve siècle?
An outre, on retrouve dans les interprétations du Talmud plusieurs "Jésus" ,écrit sous différentes formes --> Yéshu, Yechouah ou Yeoschouah (selon les traductions qui ont été faites)

Autres curiosités : si l'on va en profondeur au sujet des anecdotes parlant de ces "Jésus", on retrouve des évènements qui ont eu lieu avant ou aprés l'existence de Jésus des Evangiles.

Ex : Yeshu dit l'Egyptien qui se fait arrêter sur le Mont des Oliviers par le procurateur Félix
ou Yeshu Ben Perahaya, prêtre considéré comme le "Maître de Justice", ou Yechouah qui n'est autre que Josué de l'Ancien Testament

On a l'impression que la vie du "personnage" de Jésus des Evangile est un "patchwork" fait de morceaux de vie des différents "Jésus" dont parle le Talmud .

Alors, est ce que les Evangiles sont une nouvelle forme litéraire juive pour donner un nouvelle enseignement hébraïque ????? C'est possible puisqu'on retrouve une forme midrashique dans l'évangile de Matthieu. Ce dernier a été sans doute écrit à l'origne soit en hébreu ,soit en araméen.

- Lucien
Lucien de Samosate, romain satirique, vers +200, raille les chrétiens qui adorent ce "sophiste crucifié".
Qu'en conclure à une époque où les évangiles étaient déjà rédigés?

-Lemaire: en Octobre 2002, Lemaire, archéologue, fait paraître un article dans "Biblical Archaeology Review" où il affirme qu'un ancien coffre a servi à recevoir le corps de Jacques frère de Jésus.

On ne sait pas dater l'ossuaire ni d'où il vient. Lemaire appuie ses dires sur une inscription gravée en araméen dans l'ossuaire "Jacob fils de Joseph, frère de Jésus". La presse s'empare de l'affaire: enfin une "preuve" de l'existence de Jésus. Quelques jours plus tard, Paul Flesher de l'université du Wyoming démontre que c'est un faux:: la deuxième partie "frère de Jésus a été rajoutée plus tard autour du IIIe siècle.

«Il s'agit d'une extrapolation», a estimé l'abbé Émile Puech, de l'École Biblique et archéologique française de Jérusalem.

 La juxtaposition de trois noms est rare mais pas unique, rien ne prouve qu'il s'agisse de personnes très connues et certainement pas que Jacques soit le fils de Joseph et Marie, a-t-il déclaré à l'AFP. «Ce n'est plus de la science, ni du travail d'historien, mais du roman ou du business».

En décembre 2002, l'enquête continue: Voir l'article dans "Sciences et Avenir" du mois de décembre 2002. On s'avance vers un faux: de plus en plus de soupçons pèsent sur cet ossuaire qui pourrait bien constituer la plus grosse fraude archéologique de ces dernières années. Les spécialistes s'en détournent prudemment.

Les "preuves" avancées par Lemaire qui reposent surtout sur sa conviction paraissent bien minces et des faits troublants restent inexpliqués. Bref: la seule "preuve" de l'existence de JC pourrait bien n'être qu'un immense canular...

En juin 2003, un comité d'experts archéologues israéliens rend son verdict: L'ossuaire qui aurait servi à recevoir le corps du frère de Jésus est un faux: l'ossuaire est d'époque mais la gravure est récente.
Une commission d'experts a conclu a un faux et le 25 juillet 2003, le vendeur Oded Golan (qui n'en est pas à son premier faux) a été arrêté par la police qui a perquisitionné son domicile et a trouvé des outils pour réaliser le faux et d'autres faux ossuaires à moitié terminés..

Cette histoire de faussaire a mis à mal la réputation de l'archéologue mais surtout sa crédibilité.D'autant que Lemaire s'est fait "avoir" une autre fois, pour une soi disante grenade ayant décorée le Temple, copie de celle qui avait été trouvée à Qumran.

CONCLUSION : Comme vous pouvez le voir il n'y a aucunes preuves solides de l'existence de Jésus(psl) sans entrer dans les considérations religieuses. On se demande comment font les chrétiens pour y croire vu qu'il n'y a rien du tout confirmant l'existence de leur figure emblématique.

Par contre si on considère que les Evangiles sont une nouvelle forme littéraire pour formuler la loi mosaïque, on ouvre d'autres perspectives. Le Hic sont les traductions qui en ont été faites.
Beaucoup de mains pieuses ,lors des copies ,ont "corrigé" les textes,
Il existe une "légende" chez les Juifs scribes qui parle de livres perdus qu'ils appellent le Aven Gilhyon ,qui ressemblent étrangement par le son de leurs noms aux Evangiles.

Mais à ce jour aucune copies ou originaux n'ont été retrouvé .
Font ils partis de ces livres mis à l'index ,par les différentes communautés aussi bien juive que chrétiennes ? Possible, puisque l'Eglise a poussé l'iconoclaste jusqu'à faire brùler le Talmud sur les places publiques pour tenter de le faire disparaïtre.

Les auteurs des Evangiles devaient connaitre les préceptes hébreux et donc avoir la connaissance de certains livres , d'autant qu'ils piochent allègrement dans  l'Ancien Testament.

Pour un aperçu lire l'épître aux hébreux  qui sont bourré de citations de l'Ancien Testament.
Un Livre à lire pour mieux comprendre ---->
Les citations de l'Ancien Testament dans l'Epître aux Hébreux
Article inspiré par un article de "Bible chez Alice ".......

Mais que pensent les écrivains modernes qui se sont penchés sur "Jésus de Nazareth" ????
-Arthur Heulhard --->JB= Christ = Barabas
-Daniel Massé ---> JC = Judas de Gamala
-Robert Amberlain --->Judas de Gamala et les Templiers en auraient eu la preuve (????)
-Bernard Dubourg ---> JC est une invention et pour lui JC et St Paul sont fictifs......
-John M Robertson ----> "Jésus" est développer à partir du culte de Josué (de la Genèse) et éventuellement  des ajouts de la vie d'Appolonius de Tyane.
Josué = Yahwé sauve----> d'où le "sauveur"
Le Livre de Josué est le premier des livres "historiques" du Tanakh (pour les juifs)et de l'Ancien Testament (pour les chrétiens)
-Tom Harpur ---> JC = une fable historique inventée au III et IV siècle.
-Luigi Cascioli --->JC = Jean de Gamala, fils de Judas le Galiléen .

Pour revenir au Yeshu qui fut pendu.
Il fut pendu où ? selon le Talmud, il le fut à Lod , qui est très loin de Jérusalem !!!!

quand cela a t eu lieu ?
Après la chute du Temple donc après 70 de l'EC.
On trouve traces de ce Yeshu dans les textes juifs sous différentes formes.

1) Yeochouah Ha Notzri ce qui donne dans les traductions chrétiennes Jésus de Nazareth.
Le hic c'est qu'au temps de Jésus (I siècle) Nazareth n'existait pas !!! Donc on ne poueut pas traduire Notzri par habitant de Nazareth. Et les textes juifs "jouent " quelque fois sur les mots et on trouve des abrégés comme Y e s h u   qui serait un acronyme = Immach Schemo Vezikro -----> "que son nom et sa mémoire soient perdus"

2)Christ = Otcho Isch sous entendu "cet homme" (connu de tous)
Avodah Zarah 6a
"Devant l'aveugle tu ne mettras pas d'obstacle"
Lévitique 19.14 Talmud avoda zarah 6a
"est appelé idôlatre ,celui qui suit les enseignement fallacieus de "cet homme", qui leur enseigne à jeûner le premier jour du Shabbath,c'est à dire de célébrer le premier jour après le Shabbath ----> le Dimanche.

Petit rappel : pour les juifs un jour commence à la tombée de la nuit ,parce que dans la Genèse il est écrit : il y eu une nuit puis un jour. Donc les Chrétiens jeûnait et priaient la nuit après Shabbath qui finissait le Samedi à la tombée de la nuit.

3)Peloni que l'on peut traduire en "machin-bidule"
Chagigah 4b
"Marie....la mère de Peloni (sous entendu de "machin-bidule" dont il est question dans Shabbath 104b
Soi dit en passant on trouve d'autres "Marie" dans les textes sous forme de Myriam ,qui peuvent faire allusion à la sœur d'Aaron, ou Myriam le surnom de Marthe ,femme d'un cohen gadol.

4)Par mépris on trouve Haggar bar Haggar ----> le charpentier fils de charpentier ainsi que Ben charsh etaïm --->fils de menuisier sans que "jésus" y apparaisse......

5)On trouve aussi le nom de Talui = "celui qui a été pendu" (nom tardif)

Dans le Hilch Akum de Maïmonide, le Rabbin Samuel Ben Meïr, réfère au fait qu'il était interdit de prendre part aux fêtes de Noël et de Pâques, parce qu'elles étaient célébrées en l'honneur de Talui (celui qui a été pendu).

Le Rabbin Ezra, dans un commentaire de la Genèse l'appelle aussi Talui, en faisant allusion que Constantin l'avait reproduit en effigie sur sa bannière = "A l'époque de Constantin, qui opéra un changement complet de religion et plaça,sur sa bannière l'effigie de Talui (celui qui avait été pendu)

Ceci est un commentaire tardif, et il devait manquer des éléments au commentateur.

a) Constantin s'est converti au christianisme sur son lit de mort (il y a de gros doutes sur la véracité de cette conversion)
b) le Chrisme représenté sur la bannière était peut être l'emblème de la Groma qui représente les "forces" des 4 points cardinaux, du ciel et de la terre. L'Oméga étant le "chiffre" de Jupiter.
L'alpha étant "l'équerre" permettant de trouver l'équilibre tel un "fil à plomb".
Les Agrimensores étaient les garants de "réussite" puisqu'ils lisaient les augures, et savaient où les lieux bénéfiques se trouvaient ( pour un temple, pour une ville, pour une bataille)

c) C'est le successeur de Constantin qui mettra en place une "christianisation" de l'Empire.
voir
Les Arpenteurs Romains