Voilà, pourquoi, moi, le 11 septembre 2001 je n'ai pas versé de larmes sur les attentats de New-York.


C'est peut-être parce que j'avais trop versé de larmes un 11 septembre 1973.

Ce 11 septembre 1973, ce sont les États-Unis qui décidèrent d'abattre la démocratie chilienne sans que le monde entier ne trouve à redire.


Ce 11 septembre 1973 nous nous sommes réveillés meurtris par cette terrible information.
Le Chili libre se réveillait sous les bombes et sous les bottes des fascistes.


Commençait alors une période sombre, très sombre, où la torture, la chasse aux communistes, aux socialistes, aux révolutionnaires du MIR, mais aussi à tous ceux qui ne pensaient pas comme les nouveaux maîtres du Chili.


La torture fut organisée à l'échelle de tout un pays.
Les tortionnaires reçurent l'aide des "amis" américains, sans que les pays occidentaux protestèrent autrement que par des communiqués qui n'avaient qu'un but : se donner bonne conscience...
Ce 11 septembre 1973, j'ai pleuré tout mon saoul.


Nous étions alors jeunes, plein d'espoir dans cette expérience étonnante.
Cela peut vous paraitre bizarre, mais l'Amérique Latine ne vivait alors qu'à travers des coups d'Etat... fomentés par les "gentils" yankees ...

Et là, au Chili, un président socialiste était élu le plus démocratiquement du monde...
Bien entendu c'était trop "légal" pour ces États-Unis qui se targuaient d'être le pays de la démocratie…
Alors ils ont employé la manière forte...


Ils ont assassiné une démocratie naissante pour des intérêts économiques.
Ils ont assassiné un peuple épris de liberté pour conserver leurs intérêts économiques.

(Témoin du coup d'état au Chili)